14 juillet 2006

J'ai mal de voir ce bonheur presque à travers une vitre, tellement je semble tendre la main  vers ces interstices de soleil sans les atteindre, tout en étant paradoxalement parmi eux. J'ai mal de tous les écrits laissés puis jetés, ces journaux, ces lettres, tantôt reçues tantôt destinées à qqn, voire à personne, puis non envoyées. Ces choses qui laissent des traces et que je voudrais effacer de ma vie, pour oublier que j'ai tant souffert. J'ai mal que le temps rende les choses ephémères: quelle différence ça fait, alors, pourquoi ressent-on, pourquoi un jour quelque chose serait fait pour durer ? J'ai eu des joies, des choses fortes, des amours et voilà qu'on y repense plus tard avec un regard voilé. Même la souffrance n'est rien à côté de ce qu'elle a été. La douleur dort aussi dans les bonnes choses. aujourd'hui ça semble délavé, de ce qui me faisait, gémir, rire, mordre de rage hier. Le temps...je lui en veux autant d'atténuer la mal que d'atténuer le bien. Sur le qui vive...quelle sera alors la prochaine , connaîtrai-je le répit?

Posté par sabrine à 19:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur J'ai mal de voir ce bonheur presque à travers une

Nouveau commentaire